© IZUBA énergies
Aller à : navigation, rechercher

Zone (Arbre RE2020ACV)
















Niveau Zone dans l'arbre RE2020 ACV

La zone est définie par :

  • son nom
  • un usage: Il correspond à l' usage RE2020. Vous devez relancer un calcul complet RE2020 Energie + ACV si vous modifiez ce paramètre (un contrôle de cohérence est effectué avant calcul).
  • La surface de référence (Sutile ou Shabitable). Elle est indispensable aux calculs, tous les résultats sont fournis /m²Sréf.
  • Le nombre d'occupant. Cette valeur est calculée à partir de l'usage de la zone et des scénarios conventionnels de la méthode ThBCE. Elle est utilisée pour le calcul de l'indicateur Ic_eau, représentant les impacts des consommations et rejets d'eau.
RE2020ACV3.png

1 Chantier

Pour cette contribution, le calcul statique et le calcul dynamique sont identiques. En effet, cette contribution n’a des impacts qu’en phase d’édification pour laquelle par convention les émissions ont toutes lieu à t=0, or fCo2(0)=1.

RE2020ACV46.png

Le contributeur « chantier » couvre les différents impacts du chantier de construction du bâtiment :

  • les consommations d’énergie du chantier (base vie, grues et engins de chantier),
  • les consommations et rejets d’eau du chantier,
  • l’évacuation et le traitement des déchets du terrassement.
  • des composants utilisés pour réaliser des ouvrages provisoires nécessaire au chantier ou pour protéger certaines parties de l'ouvrage pendant le chantier.
Sur le site batiment-energiecarbone vous trouverez la fiche d'application qui précise (Règle 13) que pour un bâtiment à usage mixte ou une opération multi bâtiments, la répartition du contributeur chantier se fait au prorata de la surface de plancher.


Par exemple : pour 6 bâtiments construits en 12 mois faisant tous la même SDP, alors la répartition sera de 2 mois dans chacun des 6 bâtiments.


1.1 Méthode détaillée

Voir §4.5.1 de l'arrêté du 4 août 20201. Dans la méthode détaillée, l'impact environnemental du contributeur chantier est calculé selon la formule suivante : RE2020ACV4.png

RE2020ACV5.png
et RE2020ACV6.png
et RE2020ACV7.png
et RE2020ACV7.png
et le calcul d'Ichantier,composants est identique au calcul des composants classique, mais ne concerne que quelques composants spécifiques. RE2020ACV8.png
En raison de la durée de chantier, le facteur de renouvellement des composants est pris égal à 1 (Rp,chantier=1). et le modules B1 à B7 des données environnementales associées à ces composants sont ignorés. Il s'agit de composants utilisés pour réaliser des ouvrages provisoires (voies de livraison, plateformes de terrassement) nécessaire au chantier ou pour protéger certaines parties de l'ouvrage ou composants pendant le chantier.

Les quantités associées à ces impacts sont saisies par l'utilisateur.

1.2 Méthode simplifiée

Voir §4.5.2 de l'arrêté du 4 août 20201.

La modélisation simplifiée du contributeur « Chantier » permet de connaitre les consommations et rejets à partir d’un nombre restreint de paramètres.

1.3 Cas des maisons individuelles

Si le bâtiment évalué est une maison individuelle, des quantitatifs par défaut sont fournis par le référentiel :

  • Qcha énergie = 0
  • Q cha conso eau = Q chantier rejets eaux usées = 10 m³
  • La surface de la parcelle du projet, saisie par l'utilisateur, détermine le volume de terres évacuées :
    • si S parcelle > 500 m² : Qterres évacuées = 0
    • si S parcelle ≤ 500 m² : Qterres évacuées = 1.12 x S plancher RDC, saisie par l'utilisateur
  • L’évacuation des terres vers un centre de traitement nécessite :
    • Un transport pour lequel l'utilisateur fournit la distance au centre de traitement des déchets inertes
    • Un traitement de type déchets inertes de masse volumique 1.45 t/m³

1.4 Cas des autres typologies

Pour les autres usages, des formules simplifiées permettent de calculer les quantités suivantes :

  • Qcha énergie : énergie électrique à partir de la durée du chantier, en différenciant les mois d'été, d'hiver et ceux avec ou sans grue.
  • Qcha carburant = Q terres excavées en m³
  • Qcha conso eau et Q chantier rejets eaux usées  : volumes d’eau consommés et rejetés lors du chantier, calculés en fonction de la durée du chantier, en différenciant les mois avec ou sans grue.

2 Eau et assainissement

RE2020ACV47.png

RE2020ACV9.png

RE2020ACV10.png
et RE2020ACV11.png
et RE2020ACV12.png
ThemeExpNEQ ico module eau.png Ce module permet les saisies nécessaires à l'évaluation des impacts du contributeur « consommations et rejets d’eau », couvrant tous les usages de l’eau. Il permet de prendre en compte :

  • les impacts de la potabilisation de l’eau consommée par un bâtiment,
  • les impacts du traitement des eaux usées et de la gestion des eaux pluviales reçues sur la parcelle.


Le calcul de ces impacts est possible en mode simplifié ou détaillé.

2.1 Mode détaillé

RE2020ACV51.png

Voir §4.4.1 de l'arrêté du 4 août 20201.

Dans la méthode détaillée, l'impact environnemental du contributeur consommations et rejets d’eau est calculé selon la formule précédente, toutefois la quantité d'eau potable consommée peut être réduite par des équipements économes en eau.

2.1.1 Eau potable

Le volume annuel d'eau potable consommée pour tous les usages du bâtiment est calculé en additionnant les consommations suivantes :

RE2020ACV13.png
  • Q eau potable conv

Q eau potable conv est le volume annuel d'eau potable consommée conventionnel pour les usages internes et classiques du bâtiment, multiplié par un facteur de correction Féquipement permettant de décrire et valoriser les équipements hydro-économes du bâtiment. Le volume conventionnel est calculée à partir du nombre d'occupants saisi par l'utilisateur multiplié par le ration conventionnel donné en annexe 4 du référentiel énergie-carbone :

ThemeExpNEQ eau potable defaut.png

Pour les usages n'ayant pas de consommations conventionnelles définies, celle-ci est considérée nulle.

  • Le facteur de correction F équipement est calculé à partir des facteurs de correction de chaque équipement (donnés en annexe 4 du référentiel énergie-carbone) saisi par l'utilisateur et de la proportion de chaque équipement dans le bâtiment.
Cmoins34.png
  • Eau potable arrosage

Q eau potable arrosage est le volume annuel d'eau potable consommée pour l'arrosage des espaces verts. Une valeur conventionnelle correspondant à 0.033 m3/m² pour chaque arrosage, et le nombre de 20 arrosages par an est calculée à partir de la surface des espaces verts arrosés, saisie par l'utilisateur.

  • Eau de pluie

Q eau pluie est le volume de pluie utilisé pour les usages intérieurs et l'arrosage des toitures et murs végétalisés. Cette consommation en m3/an est définie en m3/an.

2.1.2 Eaux usées

RE2020ACV49.png

Le volume annuel d’eau usée rejetée par tous les usages du bâtiment est calculé en retirant à la consommation d'eau potable les volumes utilisés pour l'arrosage et en y ajoutant les volumes d'eau de pluie utilisés pour un usage intérieur :

RE2020ACV14.png

Le volume d'eau de pluie utilisé pour un usage intérieur doit être saisi par l'utilisateur, il est pris égal à zéro en l'absence de récupération d'eau de pluie. Si le bâtiment dispose d'un tel équipement, une note de calcul devra justifier la valeur retenue.

  • Eau potable

Correspond à la consommation en eau potable de la zone.

  • Eau de pluie en usages intérieurs

Q eau pluie usages intérieurs correspond au volume d'eau de récupération utilisé à l'intérieur du bâtiment et se retrouvant dans les eaux rejetées par le bâtiment.

  • F eau utile

Fraction d'eau d'arrosage utilisée par les végétaux ou évaporée, par convention 0.50.

  • Eau d'arrosage

Q bâtiment eau arrosage est la consommation d'eau destinée à l'arrosage des murs et toitures végétalisées.

2.1.3 Eaux pluviales

RE2020ACV50.png

Le volume annuel de la part des eaux pluviales reçues sur la parcelle, ayant ruisselé et devant être infiltrées sur place ou collectées dans un réseau doit être saisi par l'utilisateur. L'impact de ces eaux pluviales est lié au mode de gestion saisi par l'utilisateur .

  • Infiltrations : Gestion des eaux pluviales à l’échelle de la parcelle du bâtiment par infiltration (puits perdus, noues, etc.) ; l’eau de pluie est rendue au milieu naturel in situ et sans traitement. Dans ce cas l'impact "DE eau pluviales" est nul.
  • Réseau séparatif collectif ou non collectif :
    • Les eaux usées seules sont acheminées vers une station d'épuration, avec l'impact lié à l'assainissement correspondant (collectif ou non collectif).
    • Sauf cas spécifique, les eaux de pluie sont rendues au milieu naturel sans traitement. Dans ce cas l'impact "DE eau pluviales" est nul.
    • Sont assimilées aux eaux pluviales à traiter celles issues du ruissellement des eaux d’arrosage et de lavage des voies publiques et privées, des cours d’immeubles, des aires de stationnement découvertes ; dans ce cas DE eaux pluviales ≠0.
  • Réseau unitaire : les eaux usées et les eaux pluviales sont acheminées ensemble vers une station d’épuration en assainissement collectif. L'impact "DE assainissement collectif" est utilisé pour ces deux volumes.

2.2 Mode simplifié

Voir §4.4.2 de l'arrêté du 4 août 2021.

Dans la méthode simplifiée, le calcul de la consommation d'eau potable est identique, excepté pour :

  • L'absence du facteur de correction lié aux dispositif hydro-économes, permettant en méthode détaillée de réduire le volume annuel d'eau potable consommée conventionnel pour les usages internes et classiques du bâtiment.
  • Les consommations particulières qui ne sont pas prises en compte.

Le calcul des rejets d'eau est également simplifié :

RE2020ACV52.png

Le reste de la méthode reste identique à la méthode détaillée.

3 Energies importées et exportées

Cette interface n'est disponible que lorsque le calcul est réalisé sur la base d'une fiche RSET enregistrée. Sinon, les résultats énergétiques de la RT2012 ne sont pas affichés car susceptibles d'être modifiés au lancement du calcul (calcul E+C-).

Cmoins35.png

3.1 Import d'énergie

Le contributeur « Consommations d’énergie » couvre tous les usages de l’énergie dans le bâtiment.
Voir §4.3 de l'arrêté du 4 août 2021.

Les impacts environnementaux de ce contributeur sont calculés de la manière suivante :

RE2020ACV53.png

où :

  • Cef ij est la quantité d’énergie i importée consommée par le bâtiment pour l'usage j de l’énergie. Ces énergies sont issues des résultats de l'étude thermique réglementaire, importées via la fiche RSET de la variante chargée.
Il est important de souligner que ne sont retenues ici que les énergies importées, la part des consommations issues d'une production locale est déduite.
  • DE ij est l'impact issu de la donnée environnementale de mise à disposition de l’énergie finale i par kWh pour l’usage j. Les données relatives aux impacts environnementaux des énergies sont indiqués en annexe 3 du référentiel énergie-carbone, ils sont repris dans la base Inies.
  • PER est la période d’étude de référence du bâtiment en années (50 ans)


3.2 Bénéfices et charges environnementaux liés à l'export d'énergie

Voir §3.4.1 du référentiel énergie-carbone.
Si le bâtiment est équipé d'une production local d'énergie, le calcul des bénéfices et charges au-delà du cycle de vie du bâtiment liés aux productions locales d’énergies « exportées » est calculé de la façon suivante :

RE2020ACV54.png

Où, pour chaque équipement exportant de l'énergie :

  • Pef, exp pj est la production totale d’énergie exportée j par l’équipement p, issue du calcul réglementaire.
  • DEréf, j est l'impact de mise à disposition de l’énergie j produite par l’équipement p (par exemple impact moyen de l'électricité réseau pour une production électrique exportée), issu de la base Inies.
  • DEp est l'impact de mise à disposition de l’énergie utilisée par l’équipement p pour produire l’énergie exportée, issu de la base Inies :
    • pas d'impact pour une production photovoltaïque,
    • impact du combustible consommé dans le cas de la cogénération.
  • Pef, tot est la quantité totale d’énergie produite (chaleur et l’électricité) de l’équipement p, issue du calcul réglementaire.
  • Ip est l'impact environnemental du produit ou équipement p qui produit l’énergie exportée, l'équipement lié à la production locale d'énergie doit être renseigné dans le lot correspondant : lot 13 pour la production photovoltaïque et lot 8.2 pour la cogénération.