© IZUBA énergies
Aller à : navigation, rechercher

Niveau zone dans l’arbre DPE

















Niveau Zone dans l’arbre DPE


Pour la réalisation d’un DPE, il n’est pas nécessaire de distinguer plusieurs zones dans le projet. La première chose à faire est de vérifier le statut de la case à cocher  : CalculDPE2.png Ensuite, il y a 6 onglets à remplir au niveau de la Zone (8 si échantillonnage) :

1 Données

DPEdonneesZone.png

On renseigne ici le type de bâtiment de l’étude, sa superficie (SHAB), le nombre de niveau et la hauteur ‘’’moyenne’’’ sous plafond. Ces informations sont calculables automatiquement via la calculatrice.

En Appartement la surface habitable de l’immeuble est à saisir.

La case cochable « Climatisation » activera ou non le 6ème onglet climatisation. L’inertie est déterminée sois de manière automatique, soit en forçant la valeur si connue. Il en est de même pour la caractère ancien des matériaux. La présence de brasseurs d’air se saisit ici.

1.1 Calcul de l'inertie

Ce calcul se fait automatiquement et suit le §7.4 de la méthode qui dit qu'en présence de plusieurs types de murs de planchers ou de plafonds, l'inertie de la paroi à considérer dans le tableau ci-dessous est celle des surfaces majoritaires.

TableauInertieDPE.png

Une paroi de composition inconnue est considérée à inertie faible.

Lorsque le bâtiment est sur plusieurs niveau, l'inertie globale est celle du niveau le plus représentatif en surface habitable. Les situations d'égalité sont régies selon le tableau suivant :

TableauegaliteInertieDPE.png

2 Cas de l’immeuble

Pour un DPE à l’immeuble, plusieurs cas peuvent apparaître :

  • L’ensemble de l’immeuble est géré de manière ‘’’homogène’’’ et donc chaque appartement est visité et connu.
  • L’immeuble est géré de manière ‘’’hétérogène’’’, c’est-à-dire avec plusieurs co-propriétaires, et il n’est pas possible de tout visiter. Dans ce cas, il est possible de passer par un DPE par échantillonnage, et ne visiter qu’un nombre restreint de logements. Se référer à l’ANNEXE 2 – FICHE RECAPITULATIVE « DPE A L’IMMEUBLE » du Guide du Diagnostiqueur.

Cette saisie du DPE par échantillonnage se fait ici. En cochant la case échantillonnage, cela fait apparaître deux nouveaux onglets : « Appartements » et « échantillons de fenêtre ».

Lors de la réalisation d’un DPE à l’appartement, deux possibilités sont offertes, selon les cas :
  • Réalisation d’un DPE à l’appartement (exemple type : copropriétaire souhaitant mettre son appartement en vente ou en location) ;
  • Lors de la réalisation d’un DPE à l’immeuble, génération des DPE des appartements à partir des données de l’immeuble (exemple type : bailleur social souhaitant renouveler l’ensemble des DPE de son parc de logements).
Pour un DPE appartement à partir des données de l’immeuble, 2 méthodes sont proposées pour l’ECS et le chauffage :
  • La première répartie les consommations de chauffage/ECS de l’immeuble au prorata de la surface habitable
  • La deuxième répartie les consommations de l’immeuble en fonction du besoin de chauffage et de la part d’individualisation des frais de chauffage. Pour l’ECS la 2ème méthode calcul des consommations de chaque appartement avec attribution d’un système « par défaut » pour les appartements non visités qui sera le moins performant de ceux observés dans l’échantillon.


Les modalités de calcul des consommations de chauffage et des consommations d’ECS des appartements sont déterminées selon l’arbre de décision suivant :

DPEmethodeappartement.png

2.1 Onglet appartements

En éditant ce tableau, on vient renseigner le nom et la typologie de chaque appartements de l’immeuble, et s’il a été visité ou non. Il est possible d’importer ce tableau depuis un fichier tableur. On retrouve la saisie de ces données dans chaque appartement AppartementDPE.png.

2.2 Onglet Échantillon de fenêtres

Partie en cours de rédaction


3 Ventilation

On retrouve ici toutes les données nécessaires au calcul de la ventilation.

  • La perméabilité à l’air du bâtiment, si elle est connue.
  • Si le bâtiment date d’avant 1974 et que plus de 50% de la surface des murs et plafonds sont isolés, cela diminue la valeur de perméabilité si inconnue.
  • Le nombre de façades exposées.
  • La surface de fenêtres équipées de joints. Cette information sert à déterminer la perméabilité des bâtiments construits avant 1948.

Pour finir, il faut renseigner le type de ventilation présent dans la liste déroulante en faisant bien attention à la date, et la puissance de celle-ci si connue. La date choisie par défaut est l’année de construction.

Pour les bâtiments qui ont fait l’objet d’une mesure d’étanchéité à l’air moins de deux ans avant le diagnostic, la valeur mesurée de Q4Paconv/m² peut être saisie.


  • VMC par insufflation : Les VMC par insufflation sont traitées comme des VMC simple flux autoréglables et avec les mêmes caractéristiques selon les années d’installation.
  • Cas des puits climatiques : Le puits climatique est considéré comme une VMC double flux faisant rentrer dans le logement de l’air à une température proche de celle du sol. La modélisation du puits climatique est donc comparable à une celle d’une VMC double flux avec une correction sur les températures → correction = (Tint−12)/(Tint−8) = 0,6 appliquée pour obtenir les valeurs présentes dans le tableau.

4 Climatisation

Créer le système de climatisation en cliquant sur le + puis renseigner la surface alimentée par l'émetteur froid, son année d’installation ainsi que son EER (energy efficiency ratio) si connu. Répéter cette action autant de fois que de nombre de systèmes de climatisations installés.

5 Énergies renouvelables

Renseigner ici la présence d'éolien ou de la cogénération. Ceux-ci ne sont pas comptabilisés dans les calculs mais sont à mentionner.

Pour renseigner un système photovoltaïque, commencer par le nommer en cliquant sur le + puis renseigner l’orientation générale des panneaux, la pente ainsi que la surface installée. Si celle-ci n'est pas connue, elle est par défaut égale à 1.6* le nombre de modules installés.

Dans le cas d'une appartement dans un immeuble équipé de photovoltaïque, cette part auto-consommée est proratisée à la surface.

Seule la part d'électricité auto-consommée est déduite de la consommation d’énergie finale électrique.

Cette part se base sur les 5 usages réglementaires, ainsi que l'éclairage des parties communes en logement collectif (1,1 kWhef/(m².an) et en usages mobiliers ( 29 kWef/(m².an) en maison individuelle et 27 kWef/(m².an) en logement collectif.


6 Feuille de données

Cet onglet est un récapitulatif des provenances des différentes données de votre projet. Le bouton « éditer » permet de rapidement cocher si une composition a été observée, justifiée, estimée ou autre.

7 Justifications

On retrouve ici un récapitulatif des justifications nécessaires à la réalisation du DPE.