© IZUBA énergies
Aller à : navigation, rechercher

FAQ Pleiades / FAQ RT2012 / L'éclairage 1











Comment expliquer les résultats de consommation d'éclairage obtenus ?


Suivant la méthode ThBCE de la RT2012, les usages de commerce, de bureau, d'établissement sportif et de santé prévoient des besoins important d'éclairement. En compte partie, les besoins de chauffage sont réduits par la prise en compte de la puissance dissipée de cet éclairement. Les besoins ainsi obtenus se répercutent sur les consommations (et donc sur le Cep). Si on climatise, la puissance dissipée de l'éclairage aura tendance à augmenter les besoins en climatisation.

Les résultats de consommations d'éclairement dépendent du nombre et des dimensions des menuiseries vitrées, de la transmission lumineuse des vitrages, du pourcentage d'accès à l'éclairement naturel des pièces et du paramétrage des systèmes d'éclairement utilisés.

Le moteur de calcul de RT2012 compare de pourcentage d'accès à l'éclairement naturel par rapport à la luminosité naturelle qui entre réellement dans les pièces. Ainsi, Une fenêtre type meurtrière de château fort donnera un très bon pourcentage d'accès à l’éclairement naturel mais laissera entrer peu de lumière. L'éclairement artificiel sera alors beaucoup sollicité. Pour limiter les consommation d'éclairement, il est dons important d'avoir un bon pourcentage d'accès à la lumière naturelle et d'avoir une luminosité suffisante.

Suivant la méthode ThBCE de la RT2012, l'éclairement est pris en compte via un éclairement mobilier et un éclairement immobilier. Par exemple, pour un usage de bureau, il est considéré :

  • des lampes de bureau (éclairement mobilier) : qui sont des équipements conventionnels imposés par la méthode ThBCE de la RT2012 et qui consomment généralement plus que les plafonniers (éclairement immobilier)
  • et des plafonniers (éclairement immobilier) : qui sont pris en compte via les systèmes d'éclairement affectés aux pièces.


Il est difficile d'anticiper les résultats de consommation d’éclairement obtenus. En effet, dans notre exemple d'usage de bureau, on peut se retrouver dans les situations suivantes :

  • On a peu d'accès à l’éclairement naturel et peu de luminosité : les plafonniers (éclairement immobilier) sont sollicités. Le fait d'utiliser ces plafonniers dispensera d'utiliser les lampes de bureau (éclairement mobilier). La consommation sera faible car les plafonniers (éclairement immobilier) consomment moins que les lampes de bureau (éclairement mobilier).
  • On a un bon accès à l’éclairement naturel et une bonne luminosité : les plafonniers (éclairement immobilier) ne sont pas sollicités mais les lampes de bureau (éclairement mobilier) le seront plus. La consommation sera plus importante car les lampes de bureau (éclairement mobilier) consomment plus que les plafonniers (éclairement immobilier).


Un sujet traitant de cela est également disponible sur notre forum.