© IZUBA énergies
Aller à : navigation, rechercher

Synthèse STD(Résultats)












Synthèse des résultats STD

L'onglet "Synthèse" comporte deux parties (du haut vers le bas) :

  • un tableau de synthèse des résultats : besoins énergétiques, puissances et températures
  • un tableau de synthèse des résultats : apports solaires, indicateurs d'inconfort etc.

1 Les actions

Cliquer sur le bouton "Diagramme de Sankey" pour afficher le diagramme décrit plus bas.

Ce bouton n'est disponible que si l'option Calculer les déperditions/Diagramme de Sankey/Part de besoins nets a été cochée au lancement de la simulation dans l'onglet Lancer la simulation.


Cliquer sur le bouton "Exporter vers Excel" pour effectuer un export des résultats. Une fenêtre apparaît alors. Choisir le nom du fichier et le chemin pour l'export.

Ce fichier contient :

  • la synthèse des résultats
  • les résultats horaires par zone et globaux


Cliquer sur le bouton "Exporter le détail de l'éclairage des pièces" pour effectuer un export des résultats horaires d'éclairage par pièce : références en lux calculée pour l'éclairement naturel et consommation d'éclairage artificiel correspondant.


  • L'export au format .xls limite le nombre de colonnes possibles à 256. Si vous rencontrez des problèmes ou pour contourner cette limite, vous pouvez exporter au format SYLK (.slk), puis charger ce fichier SYLK dans votre tableur.

ATTENTION : Le format SYLK n'enregistre QUE la feuille active et n'enregistre pas les graphiques (ce .slk est l'équivalent d'un fichier texte).

  • Si lors de l'exportation, vous obtenez un message de type "mémoire insuffisante" alors fermez Pleiades puis rouvrez-le. Faites un export au format .csv. Dans Excel, chargez le fichier ainsi obtenu, sélectionnez la 1ère colonne et allez dans Données > Convertir pour convertir ces données (avec séparateur virgule).


2 Synthèse des résultats

Les résultats sont présentés dans deux tableaux.


Le premier tableau regroupe des résultats pour chaque chaque zone et pour la globalité du bâtiment :

  • besoins de chauffage et de climatisation (brut et par m²; les zones non chauffées sont exclues du total par m² indiqué)
  • puissance maximale utilisée pour le chauffage et la climatisation sur la période de simulation
  • températures minimales, moyennes et maximales atteintes sur la période de simulation
TableauSyntheseHaut.png
Les températures (min, moy et max) indiquées dans la ligne Total correspondent aux températures des zones pondérées par leur surface.


Le second regroupe des résultats et des "indices de performance" (voir détail plus loin) pour chaque chaque zone :

  • Apports solaires : il s'agit de la quantité d'apports solaires qui pénètrent dans le bâtiment via les menuiseries.
    • Les apports solaires qui pénètrent via les parois opaques sont bien pris en compte pour les calculs, mais ne figurent pas dans ce bilan.
    • Si les parois intérieures sont réfléchissantes, une partie de ces apports solaires vont ressortir par les menuiseries : ces apports solaires ne seront pas déduit du bilan mais ce phénomène sera bien pris en compte pour les calculs.
  • Consommations d'éclairage artificiel (en énergie finale) calculées par Comfie à partir de l'éclairage naturel calculé dans Pleiades Modeleur
  • Nombre d'heure d'occupation au delà de la température d'inconfort d'été (ne prend en compte que les heures au dessus de la température "haute" d'inconfort mais pas les heures en dessous de la limite "basse")
  • Amplification de la température extérieure
  • Taux d'inconfort (prend en compte les heures au dessus de la température "haute" d'inconfort et les heures en dessous de la limite "basse" d'inconfort)
  • Part des besoins nets
  • Besoins bruts
TableauSyntheseBas.png
L'inconfort n'est comptabilisé qu'en période d'occupation. En d'autres termes, si il n'y a pas d'occupation, il n'y a pas d'inconfort.


  • Un calcul de STD sans prise en compte des équipements (Lancer la simulation) permet d'obtenir des résultats exprimés en besoins.
  • Un calcul de STD avec prise en compte des équipements (Lancer la simulation avec les systèmes) permet d'obtenir des résultats exprimés en consommation. Les besoins ne sont alors pas affichés (noté "Non disponible") car ils n'ont plus de sens.


En complément,lisez ce qui est indiqué ici.


Un calcul de besoins (sans système) avec calcul aéraulique ne prend pas en compte les besoins issues du pré-chauffage ou du pré-refroidissement du système de ventillation.


3 Graphiques rapides

Un clic sur une valeur dans l'un des deux tableaux de synthèse fera surgit un graphique pour la zone et la grandeur cliquée.

AnnonceClicGraphique.png

Il est possible d'ajouter des séries à ce graphiques en réitérant l'opération sur une autre zone ou une autre grandeur tout en maintenant le bouton CTRL du clavier enfoncée.

4 Diagramme de Sankey

Le bilan d'énergie (diagramme de Sankey) d'un bâtiment peut se représenter schématiquement ainsi :

Synthese - ims.png

Pleiades + Comfie calcule les "besoins nets" à fournir pour assurer le chauffage (ou la climatisation) du bâtiment étudié en tenant compte des apports par les occupants (métabolisme), l'ensoleillement (apports solaires) et la chaleur dissipée par les appareils (moteurs, éclairage ...) à l'intérieur de la zone étudiée. Pour que le diagramme soit disponible, il faut avoir coché l'option correspondante dans les options de simulation.


La consommation finale sera fonction du rendement global des équipements de chauffage (ou de climatisation) et donc des pertes thermiques (production, régulation + distribution + émission) de ces équipements.


Cliquer sur l'icône imprimante pour imprimer le diagramme. Cliquer sur l'icône d'enregistrement pour sauvegarder le diagramme dans un fichier image BMP.

  • Le bilan d'énergie réalisé pour obtenir le diagramme de Sankey ne tient pas compte des apports solaires à travers les parois opaques du bâtiment, ce qui tend à sous-évaluer les apports solaires totaux.
  • Le terme "gains des appareils" reprend les scénarios des puissances dissipées et l'éclairage artificiel (sans prise en compte des puissances dissipées par les systèmes: distribution et génération chaud froid, ecs).


5 Indices

La liste des indices se présente sensiblement de la même manière que celle de la synthèse.

Ces valeurs et indices sont toujours calculés sur la totalité de la période d'analyse, sauf les apports solaires bruts qui sont toujours annuels.

5.1 Apports solaires

Cet indice indique l'énergie reçue sous forme d'apports solaires qui est entrée dans le bâtiment à travers les vitrages, et cela, sur la période de simulation.

5.2 Nombre d'heure d'occupation au delà de la température d'inconfort

Par convention, on considèrera qu'il y a "inconfort" lorsque la zone est occupée et que la température de la zone est supérieure à une température d'inconfort ajustés dans la section "Lancer la simulation".

Pour chaque zone, le nombre d'heure pour lesquelles la zone est occupée et en situation d'inconfort "chaud" pendant la période de simulation est totalisé.

5.3 Amplification de T°Ext

Cet indice est calculé ainsi :

  • Pour chaque jour j de la période simulée,
  • Calcul de l'écart journalier Ejz entre les températures minimales et maximales de la zone étudiée,
  • Calcul de l'écart journalier Ejext entre les températures minimales et maximales extérieures,
  • Détermination du rapport Ejz/Ejext.
  • Calcul de la moyenne de ce rapport sur la période de simulation, multiplié par 100.

Cet indice représente donc le pourcentage d'amplification (augmentation ou réduction) de la température extérieure dans la zone étudiée.

Ainsi un indice "Amplification" de 125 signifie qu'en moyenne sur la période de simulation, l'écart maxi-mini de température dans la zone sera égal à 1,25 fois l'écart maxi-mini extérieur.

Si l'indice est > 100, les variations de température dans la zone seront amplifiées par rapport à l'extérieur (c'est le cas d'une serre par exemple). Si au contraire l'indice est < 100, les variations de température dans la zone seront réduites par rapport à l'extérieur (cas d'une zone à forte inertie)


Synthese - Indicesb2.png

5.4 Taux d'inconfort

Par convention, on considèrera qu'il y a "inconfort" lorsque la température de la zone est soit supérieure à 27°C, soit inférieure à 16°C.

Ces paramètres peuvent être ajustés dans la section "Lancer la simulation".


Pour chaque zone l'indice "Inconfort" est calculé de la façon suivante :

Totalisation des heures pour lesquelles la zone est occupée et en situation d'inconfort pendant la période de simulation,

Division par le nombre total d'heures d'occupation de la simulation, multiplié par 100

L'indice "Taux d'Inconfort" représente donc le pourcentage de temps d'occupation durant lequel la température de la zone est supérieure à 27°C ou inférieur à 16°C.

Un indice "Taux d'Inconfort" de 12 signifie que la température de la zone étudiée est inconfortable pendant 12 % du temps où la zone est occupée.


Synthese - Indicesb3.png

5.5 Part de besoins nets

Dans le diagramme de Sankey, les besoins bruts sont la quantité totale d'énergie qu'il faut fournir au bâtiment pour compenser les pertes thermiques du bâtiment en fonction du scénario de chauffage.

Ces besoins bruts sont compensés par les apports internes utiles et l'énergie apportée par le système de chauffage (besoins thermiques nets Bchauff).

L'indice "Énergie à fournir" exprime la part d'énergie de chauffage par rapport aux déperditions.

Il est calculé en effectuant deux simulations :

  • une simulation normale, permettant de déterminer les besoins thermiques nets Bchauff.
  • une deuxième simulation sans apports solaires et sans apports internes (ni occupants, ni appareils), permettant de déterminer les besoins bruts.

Pleiades calcule enfin le rapport Bchauff/Dep, multiplié par 100.


Cet indice représente donc le pourcentage de besoins nets de chauffage du bâtiment par rapport aux besoins bruts de base du bâtiment.


Plus il est faible plus les apports internes "gratuits" assureront les besoins de chauffage. A l'inverse, un indice élevé sera le signe d'une conception où les apports solaires sont faibles et d'une mauvaise récupération des apports internes.


Par exemple un indice de 35 signifie que 65 % (100 % - 35 %) des besoins bruts sont couvertes par les apports solaires, le métabolisme des occupants et les appareils.