© IZUBA énergies
Aller à : navigation, rechercher

Emetteurs chaud/froid (Bibliothèque)












Emetteurs chaud froid

Cet objet est utilisable pour les calculs : Icone RT.pngIcone RTex.pngIcone STD.png

Suivant le § 10.1 de la méthode Th-BCE, une émission équivalente en chauffage et une émission équivalente en refroidissement est caractérisée par :

  • Ses propriétés physiques : variation spatiale, température de fonctionnement, parts des phénomènes convectifs et radiatifs dans les échanges avec l’ambiance,
  • Ses ventilateurs locaux, définis par une consommation électrique et une énergie transmise à l’ambiance sous forme de chaleur.
Emetteurschfr - emetteur7.png

Un bouton de recopie ZoneSTD - Copier.png permet d'affecter les mêmes caractéristiques d’émission en chaud et en froid.


Une bibliothèque standard des émetteurs Emetteurschfr - emetteur1.png est fournie avec le logiciel.


Les paramètres liés à son intégration seront définis au niveau du projet (pertes au dos, hauteur sous plafond de l'émission, nombre de ventilateur). La part de la demande en énergie du groupe assurée par l’émission équivalente pour le chaud et pour le froid et les liens vers les générations seront également définis dans le projet.

Le premier menu déroulant du paramétrage de l'émetteur est informatif et n'a aucune incidence sur le calculs. Il permet uniquement de renseigner la fiche RSET (Récapitulative Standardisée d’Étude Thermique).


1 Variation spatiale

Voir § 10.1.3.2.1 et 2 de la méthode Th-BCE


L’émetteur est caractérisé par une variation spatiale en chauffage et une en refroidissement, qui dépendent de la classe de l’émetteur définie par l'utilisateur et de la hauteur sous plafond du local desservi.

Emetteurschfr - emetteur2.png
Emetteurschfr - emetteur4.png
Pour les appareil au bois, il faudra fournir dans le projet le nombre de niveaux desservis.


Emetteurschfr - emetteur3.png

Les catégories d’émetteurs de chaud concernées par les différentes classes sont les suivantes :

  • Classe A : plancher chauffant,
  • Classe B1 : émetteurs à forte induction : diffuseurs à jet vertical descendant, buses, diffuseurs tourbillonnaires, à géométrie variable, etc…
  • Classe B2 : diffusion d'air, poutres climatiques, ventilo-convecteurs,
  • Classe B3 : émetteurs rayonnants (autres que plancher), plafond chauffant.
  • Classe C : autres cas


Les émetteurs de froid concernés par les différentes classes sont les suivants :

  • Classe A : plancher froid, système à déplacement d’air,
  • Classe B : diffusion d’air, émetteur avec brassage de l’air ambiant, poutres climatiques,
  • Classe C : plafond rafraîchissant, autres cas.


En fonction de la typologie de l’émetteur sélectionné, la classe de variation spatiale est proposée. L'utilisateur garde toutefois la possibilité de modifier manuellement la classe de variation spatiale ou de forcer une valeur directement en °C.

2 Part convective

Voir § 10.1.3.2.3 de la méthode Th-BCE


Un émetteur transmet l’énergie pour le chaud et/ou pour le froid au travers d’échanges à la fois radiatifs et convectifs. Selon le profil de l’émetteur, les parts des phénomènes radiatifs (1-Pem) et convectifs (Pem) dans les échanges seront différentes. On définit un Pem en chaud et un Pem en froid.

Emetteurschfr - emetteur5.png
Emetteurschfr - emetteur6.png

L'utilisateur garde toutefois la possibilité forcer la valeur de la part convective en sélectionnant la typologie personnalisée (hormis pour les appareils au bois, pour lesquels cette part est conventionnelle).

3 Variation temporelle

Voir § 10.1.3.2.5 de la méthode Th-BCE


L’émetteur est caractérisé par une variation temporelle Emetteurschfr - vt.png en chauffage et une en refroidissement fonction de la précision de la régulation terminale du couple régulateur/émetteur à l’échelle du local.


La méthode de calcul offre 3 alternatives dans la définition de ces valeurs :

  • La saisie directe d’une valeur certifiée, notamment pour les robinets thermostatiques, les régulations d’ambiance et les thermostats intégrés (Une fiche d'application disponible sur le site RT-batiment, donne la méthode de "Prise en compte de la variation temporelle des émetteurs électriques directs avec thermostat intégré certifié").
  • La saisie de la valeur justifiée,augmentée de +0.5K en mode chaud ou de (-0.5K) en mode froid, par un essai effectué par un laboratoire indépendant et accrédité selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 par le COFRAC ou tout autre organisme d’accréditation signataire de l’accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d’accréditation sur la base des normes harmonisées.
  • A défaut de valeur certifiée, des valeurs par défaut de 2°C et 1,8°C sont proposées en fonction de l'arrêt possible de l’émission.


Pour les poêles et inserts uniquement, les valeurs de variations temporelles retenues sont conventionnelles, en fonction du mode de régulation et non modifiables:
Emetteurschfr - poele.png


Variation temporelle des robinets thermostatiques certifiés : Eurovent Certita Certification a révisé le règlement de certification des valeurs de variation temporelle des robinets thermostatiques. Depuis 1er janvier 2016, la valeur est affichée au dixième, arrondi au chiffre supérieur, plutôt qu’au centième. Le mode de calcul de la variation temporelle reste inchangé.


4 Les ventilateur locaux

Voir § 10.1.3.8 de la méthode Th-BCE


La modélisation des ventilateurs locaux concernent les émetteurs gainés ou carrossés de type ventilo-convecteurs. On considère que ces ventilateurs possèdent au moins trois régimes de fonctionnement : à petite, moyenne et grande vitesse. Un régime de super petite vitesse peut également être valorisé dans le cadre des ventilateurs à régulation automatique avec sonde intégrée (voir ci-dessous).

A chaque régime de fonctionnement est associé une puissance électrique et un débit de recirculation. Ce débit de recirculation est considéré constant sur un pas de temps donné.

En ce qui concerne la régulation, on considère que les ventilateurs sont systématiquement asservis à la programmation et basculent en régime de grande vitesse (GV) en période de relance.

En STD, on ne considère qu'il y a relance que si la puissance max est appelée.


Hors période de relance, les cas suivants sont distingués:

  • Régulation manuelle uniquement : le fonctionnement étant soumis à l’appréciation des occupants, on considère qu’il est permanent aussi bien en occupation qu’en inoccupation. Le choix entre régime de petite vitesse (PV) et moyenne vitesse (MV) est déterminé lors du premier pas de temps d’occupation, en fonction des besoins en énergie de chaud ou de froid.
  • Régulation automatique avec sonde intégrée : le fonctionnement est permanent pour permettre à la sonde intégrée de mesurer correctement la température ambiante. Le régime retenu est adapté chaque heure aux besoins de chaud ou de froid calculés. En l’absence de besoins, le régime de super petite vitesse est enclenché si l’appareil en dispose.
  • Régulation automatique avec sonde déportée : la régulation permet un arrêt des ventilateurs locaux en l’absence de besoins, et une adaptation du régime aux besoins le reste du temps. Quelque soit le cas, les ventilateurs locaux ne sont activés qu’au cours des saisons de fonctionnement (chauffage et/ou refroidissement selon les fonctions de l’émetteur).
Le seuil utilisé pour passer de la petite à de la moyenne vitesse est de 20 Wh/m². Voir §10.1.2 de la méthode Th-BCE.


Le débit de recirculation correspond au débit effectif d’air intérieur qui fait l’objet d’un recyclage par l’émetteur. Celui-ci doit être fourni uniquement pour les émetteurs de froid. Il permet de calculer, en fonction de la température de la batterie et de son mode de régulation, la déshumidification de l'air.